Le patrimoine


Le Moulin de Vensac

Authentique moulin à vent du XIXème siècle, le Moulin de Vensac a été restauré en 1982-1983 et produit encore de la farine à chaque visite...

Pour plus d'informations, consultez le site internet de la mairie de Vensac.

 
Le Phare de Richard
Phare de Richard

Situé en bordure de l'estuaire de la Gironde sur la commune de Jau-Dignac et Loirac, le Phare de Richard  avec son architecture du XIX° siècle, fût abandonné et restauré pour devenir un site touristique reconnu du Médoc.

C'est une étape du tourisme vert et fluvial en Nord Médoc, ce monument avec son environnement est une curiosité de la  rive gauche de la Gironde, l'estuaire le plus vaste d'Europe.

Une vue superbe depuis le haut de la tour, un musée sur la vie estuarienne du XIX° à nos jours, une aire de pique-nique avec des jeux pour enfants, une carte d'orientation, une cale d'accostage, un  lieu de rassemblement et d'exposition sont les valeurs du phare de Richard.

 

Pour plus de renseignements, consultez le site de la mairie de Jau-Dignac et Loirac.

 
Les cinq cents villas de Soulac

Soulac-Sur-Mer, célèbre pour son bâti et notamment ses " cinq cents villas" de style Côte d'Argent ou Néo-colonial, bénéficie d’un réel cachet. Construites pour l’essentiel au début du XXe siècle, les villas constituent un patrimoine culturel important et pittoresque.
Des villas modestes aux villas plus imposantes, plusieurs styles architecturaux sont représentés avec des matériaux de construction très variés. Le charme de ce patrimoine ne vous échappera pas.
Des visites du Village Ancien sont organisées par l'Office de tourisme de Soulac sur Mer.
 
Basilique Notre Dame de la Fin des Terres
Notre-Dame-de-la-Fin-des-Terres est une abbaye  bénédictine qui a probablement été bâtie au XIe siècle, époque où les pèlerins de Saint-Jacques en provenance des terres anglaises débarquaient à Soulac-sur-Mer. L’érosion dunaire provoqua au XVIIIe s. l’ensablement quasi total de l’église, qui fut déblayée au milieu du XIXe siècle.
Au début du XIIe siècle, la construction de l'église de Soulac  commença, à proximité de l'oratoire construit au VIe siècle par l'archevêque de Bordeaux, Léonce. A la fin du XIVe siècle et au début du XVe siècle, Soulac, étant devenu une agglomération notable forte de vingt rues, la basilique et le prieuré furent menacés par l'avancée des sables. L'ensablement des alentours de la basilique entraîna alors une remontée des nappes phréatiques.
La nef fut ainsi comblée et le niveau du sol relevé de plus de 3 métres. La porte d'entrée actuelle fut créée à cette époque. A partir du XVe siècle, devant l'invasion constante des sables, les habitants se retirèrent progressivement dans l'arrière pays, puis entre les dunes et les marais. C'est ainsi qu'ils décidèrent de reconstruire leur église au lieu dénommé encore aujourd'hui le "Jeune Soulac" en 1745, le "vieux Soulac" ayant alors totalement disparu sous les sables.
Les travaux de désensablement et de restauration de Notre-Dame-de-la-Fin-des-Terres furent décidés dès septembre 1858 et commencèrent en 1859. C'est l'architecte Charles DURAND qui fut chargé des travaux de restauration. Mais l'église ne fut jamais totalement libérée de son entrave minérale car les fondations des murs latéraux en eussent été fragilisées. Cette décision explique la différence de niveau du sol intérieur, lui-même relevé de près de 3 m, par rapport au sol initial.

Classée Monument Historique et inscrite au Patrimoine de l'Humanité par l'UNESCO en 1998, la Basilique Notre-Dame-de-la-Fin-des-Terres constitue une des étapes incontournables des chemins de Saint-Jacques de Compostelle.
 
Le Phare de Cordouan

Construit entre 1584 et 1611 à la demande du Roi Henri III, le Phare de Cordouan, cadastré parcelle n°1 de la commune du Verdon sur Mer, se situe sur un îlot rocheux à l'embouchure de l'Estuaire de la Gironde, à égale distance des côtes girondines et charentaises.

Classé Monument Historique en 1862 en même temps que la Cathédrale Notre Dame de Paris, le Phare de Cordouan constitue l'un des patrimoines majeurs de la Pointe du Médoc.
Haut de 67,50m et doté de 311 marches, le Phare de Cordouan dispose d'une architecture grandiose qui en font un phare unique au monde. Surnommé le Versailles des Mers, le Roi des Phares ou encore le Phare des Rois, le Phare de Cordouan est le plus ancien des phares français en activité et accueille chaque année plus de 22000 visiteurs.
Propriété de l'Etat, le site est, depuis le 1er janvier 2010, géré et animé par le Syndicat Mixte pour le Développement Durable de l'Estuaire de la Gironde (SMIDDEST) en étroite collaboration avec l'Association pour la Sauvegarde du Phare de Cordouan.

 


grayan jau dignac et loirac naujac sur mer queyrac le verdon sur mer saint vivien du medoc soulac sur mer talais valeyrac vendays montalivet vensac
Copyright © 2017. Communauté de Communes de la Pointe du Médoc. Designed by Shape5.com